Mais pour qui on nous prend?

Publié le par Zorba

Un petit billet d'humeur.

Notre bien-aimé (par Carla B. ainsi que nos milliardaires) président de la République Française, Monsieur Nicolas Sarkozy ( MNS ?), veut remettre la France au pas, et donc au travail.

Mais qu'est-ce que c'est donc-t-il que tous ces fainéants de chômeurs et de fonctionnaires (au fait, vous connaissez la différence entre les 2 ? - les chômeurs ont déjà travaillé, eux) qui ne foutent rien et nous coûtent un max?

Ca me rappelle le sketche de Fernand Raynaud, de l'étranger qui mangeait le pain des Français. Pour ceux qui ne le connaissent pas, les villageois se sont tellement acharnés qu'ils sont arrivés à le dégoûter et à la fin le faire partir...
Depuis ce jour, ils n'ont plus eu de pain, car il était boulanger !!!

De même, on considère tous les fonctionnaires comme des poids morts.
Je ne dis pas qu'il n'y en a pas, notamment dans les ministères, centrales, commissions, sous-commissions, cabinets et autres structures destinées à caser des affidés au cacique (suivez mon regard).
Ce népotisme a eu cours de tout temps, et a même corrompu Rome la vertueuse. Cela ne le justifie en rien, d'ailleurs; mais c'est dire que c'est inscrit dans les gènes de nos politiciens.

Mais c'est jeter le bébé avec l'eau du bain, tant on va vite en besogne. En effet, notamment dans nos campagnes, on ne tient pas compte de l'effet induit de ces postes de "planqués"... Car, dans les villages, le fonctionnaire achète son pain chez le boulanger, va chez son boucher, son coiffeur, fait vivre le commerce local.
C'est un peu le problème qu'a vécu Romorantin quand à l'époque on a fermé l'usine Matra qui produisait les renault Espace.

Que l'on m'explique par ailleurs comment ces fainéants ont un crédit de 23.000.000 d'heures supplémentaires non payées dans le domaine de l'Hopital Public.
Et nos amis les policiers qui ont manifesté il y a quelque temps dans le même sens.

Dans notre administration, nous avons reçu une note, très récemment, nous expliquant le fonctionnement de la pointeuse. Il y est précisé qu'au terme de chaque quinzaine, le quota d'heures supplémentaires dépassant les 12 heures est écrété.
Il n'est pas question de les rémunérer, contrairement aux propos présidentiels; tout au plus peut-on poser une journée de compensation; sinon, vous travaillez pour la gloire !

Il y a une dichotomie schizophrène, -oui ! osons le mot; entre ce qui nous est affirmé, et ce qu'on nous demande ou accorde.

M. le Président de notre banana republic, quand changera-t-on la trilogie
"Liberté-Egalité-Fraternité" qui n'est qu'un voeu pieux, pour remettre au goût du jour un "Travail-Famille-Patrie" plus proche de la réalité que nous affrontons quotidiennement ?
Pour ne pas parler de vos aspirations à un retour au XIX° siècle ?

Publié dans Coup de gueule

Commenter cet article