Ah bon ?

Publié le par Zorba

Je tiens à préciser que, quoique certaines situations puissent paraître complètement surréalistes, toutes les perles récoltées sur ce blog l'ont été personnellement (ou alors, je cite ma source)  -et sont donc rigoureusement authentiques -même si parfois elles éveillent des échos dans votre mémoire...

Une jeune femme  arrive:
- En fait (en fait de quoi ?), je viens vous voir (ah? bon ! si vous le dites) pour ma taxe d'habitation, parce que pour l'impôt sur le revenu, je suis menstrualisée...

Un autre, l'air matois, me sussurre douceureusement:
- Je viens vous voir par rapport à mes frais réels pour l'impôt sur le revenu...
- Bien sûr ! Vous avez les justificatifs ?
Et là, il m'exhibe une liasse d'une bonne vingtaine de PV, contraventions, et autres joyeusetés du même acabit !!!
(navré monsieur, mais les condamnations civiles ou pénales ne sont pas déductibles des impôts) Il y en a qui ne reculent vraiment devant rien, d'autant plus que cela ne dresse pas un portrait particulièrement flatteur du quidam !

Dans la même veine, j'étais chargé de poursuites en vue du recouvrement dans un Service des Impôts des Entreprises, dans une banlieue chaude et dynamique. Mon chef, Alain (Térieur, le frère d'Alex ;-) m'a rapporté avoir reçu un coup de fil d'un monsieur à qui je faisais subir quelques menues misères.
Ce monsieur, manifestement d'excellente éducation (et moeurs) prononçait les mots comme on suce un bonbon:
- Ah ! Vous êtes le supérieur hiérarchique de M. Zorba ?
- Oui monsieur. En quoi puis-je vous être utile ?
- Eh bien ! Figurez-vous que je tiens à me plaindre, car M. Zorba me réclame des sous. C'est parfaitement scandaleux !
- Vous devez donc des sommes au Trésor ?
- Oui, ma TVA et mon Impôt sur les Sociétés (15.000€ à la louche).
- Dans ce cas, il a parfaitement raison.
- Mais comment osez-vous ? Vous n'avez pas honte ? Vous irez rôtir en enfer !!!!
(Cette anecdote est de seconde main, mais connaissant mon chef comme étant originaire d'une région diamétralement opposée à Marseille, et pour l'avoir cotoyé pendant 2 ans, je sais qu'il n'était pas enclin à l'éxagération).

Réflexion faisant, on me l'a un peu trop souvent demandée celle-là; de savoir si je n'avais pas honte de demander de l'argent aux gens, ou, dans sa version édulcorée, pourquoi je faisais ça (les poursuites).

Mais c'est très simple: je travaille aux Impôts !
Comme je me plais à le répéter, je ne suis pas assistante sociale. Je ne suis pas payé pour talquer les fesses des gens.

Les poursuivis doivent de l'argent à l'Etat, donc à la collectivité. Ce qu'ils ne payent pas fait défaut au Budget de la nation.
Pour compenser, les gens sérieux et respectueux des lois vont être contraints de remettre la main à la poche.
Vous trouvez ça normal, vous ?
Vous accepteriez d'aller en taule pour votre voisin indélicat ?

Choisis ton camp, camaraaade ! Moi, j'ai choisi le mien.


Commenter cet article