Grève

Publié le par Zorba

J'ai oublié cette phrase talisman de  Audiard : "Je ne parle pas aux cons, ça les instruit".

Demain, 24 janvier 2007, il y a grève des services publics.
J'y participerai.
Non pas en manifestant, j'ai peur de moi-même et de la psychologie des foules; je serais capable du pire, surtout avec ce que j'ai emmagasiné dans ma besace....
Car on charge la mule, elle ne bronche pas, jusqu'à ce qu'elle craque.

Nos revendications peuvent paraître anecdotiques à certains.
N'empêche que les choses empirent (ça sent pire, disait Coluche):

1°) il y a de moins en moins d'agents, surtout en Région Parisienne;

2°) l'informatique n'est pas la panacée; certaines applications datent des années 1980; malgré les rajouts en strates successives, c'est dire si elles sont performantes;

3°) la législation devient de plus en plus complexe, les niches fiscales prolifèrent, ainsi que les dispositifs démagogiques de tout genre; et à moins d'être juriste, il est souvent difficile de tout appréhender;

4°)les gens, de plus en plus assistés (vous avez pu le voir au travers de ce blog) en demandent de plus en plus; nous, de moins en moins nombreux, et soumis aux impératifs statistiques de production; cela devient ingérable;

5°) ne parlons pas de formation, on se fâcherait;

6°) les fameuses augmentations automatiques de salaire qu'on nous reproche, ne sont en fait qu'un équivalent de la prime d'ancienneté -obligatoire de par la loi - dans le privé ( + 1% par an, ou + 3% tous les 3 ans, au choix de l'employeur).
Remettriez-vous aussi cette dernière en cause ?

6°) les réformes sont décidées en amont depuis longtemps, avant qu'on pseudo-consulte les services; dès lors, il s'agit plus de justifier, et de raccommoder que de construire...
- cela pourrait prêter à sourire si vous n'en étiez pas les victimes indirectes: les changements étant anticipés, les moyens en oeuvre sont réduits en conséquence avant qu'ils ne deviennent effectifs (voir 1 et 4)

7°) les changements ne sont pas anodins non plus pour vous:

a) il y avait un service enregistrement par recette auparavant; désormais, l'enregistrement est regroupé en pôles, à raison d'1 pôle pour 2 ou 3 anciennes recettes - quand vous aurez un document à enregistrer ou une succession, vous comprendrez...

b) le contrôle de votre dossier était effectué en local, dans le centre dont vous releviez, vous pouviez dès lors en discuter aisément avec un interlocuteur; par souci de rentabilisation des effectifs, le contrôle de votre dossier va être délocalisé, par exemple de Paris à Chaumont, ou à Guéret, ou encore Castres - pratique pour un échange de qualité !

c) ce genre d'usines à gaz est déjà en place, ne rigolez pas; ainsi, dans le cadre des services aux professionnels, des poles départementaux sont déjà en place, qui n'arrangent rien: ils complexifient et augmentent la charge de travail du centre local, multiplient inutilement les interlocuteurs, les obstacles administratifs et les délais... dès lors, les sources d'erreur sont multipliées... mais qui s'en soucie ?

d) l'émotion est suscitée actuellement du fait que la justice "externalise" certaines prestations auprès des notaires, en matière de divorce par exemple; demain, ces memes notaires gèreront également entièrement votre dossier foncier: depuis l'enregistrement, la mise à jour des informations, jusque leur restitution... En cas de fermeture d'une étude, ou d'incompétence notoire (oui oui, c'est arrivé, je connais des noms...) - ou incompétence notaire ? bonjour les recours !

En résumé, bientot vous allez pleurer après les fonctionnaires...
Etes-vous vraiment persuadés que la privatisation de France Télécom ou de la Poste ont apporté une amélioration du service apporté?

Enfin, last but not least, ainsi que je l'ai déjà exprimé dans un précédent article, un fonctionnaire a un pouvoir d'achat.
Pas  énorme, certes - c'est d'ailleurs pourquoi nous faisons grève: car il diminue comme peau de chagrin, alors que la conjoncture économique devient de plus en plus dure, que les cadeaux sont réservés aux nantis, et que les laissés pour compte jalonnent de plus en plus nombreux le bord de la route.

Rien à voir avec la France de De Gaulle.
Sarko n'a d'ailleurs rien du Général (avec un G majuscule).
De Gaulle était un de ces hommes que Diogène cherchait en plein midi au milieu de l'agora; l'ersatz est un VRP, un baratineur,
un moulin à vent, se basant sur le principe que les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

Vous qui riez aujourd'hui, ou qui etes exaspéré par cette énième grève; songez que votre emploi ou votre pouvoir d'achat dépend peut-etre de ces fonctionnaires, soit disant nantis qui manifestent leur mécontement.

Publié dans Citoyenneté

Commenter cet article