La honte de l'administration

Publié le par Zorba

Quittons cette angoissante actualité, pour nous réfugier derrière l'humour, cette "pirouette du désespoir"...

On me dira que je tape toujours sur les mêmes...
Non, je fustige aussi mes collègues, quand ils le méritent.
Et il y en a un qui remporte haut la main tous les prix, sans aucun effort particulier. Avec Gégé, mon copain, on envisage de faire un dîner de cons (très en vogue aux impôts depuis le film éponyme...), mais il faudrait d'abord qu'on trouve encore une autre victime.

Et pourtant, c'est un homme, appelons-le Frère Tuck, qui jouit d'une grande culture, féru d'histoire, ancien Frère 3 points (Franc-Maçon, vous savez, cette secte républicaine où pataugent tous nos politicards, de gauche comme de droite - c'est ainsi que j'ai vu l'ancien maire de Marseille, socialiste, faire la bise de rigueur à l'adjoint de l'actuel, UMP -  qui n'a de franc que le nom, et qui prétend gouverner en utilisant des Tatayés ministres).

Frère Tuck, donc, puisque c'est lui le sujet d'aujourd'hui, avait des problèmes de réception avec son abonnement à Noos...

Frère Tuck, arrive le matin, traînant la godasse, les bras ballants, tête basse, le regard tourné vers son nombril...
- Alors Tuck ? qu'est-ce qu'il t'arrive ? Un avion s'est écrasé sur tes pompes ?
- Boooh  non... J'ai des problèmes avec Noos..
- Avec ton abonnement ?
- Ouais, je capte pas Frissons et Emotions ...
Et ça a duré comme ça 15 jours, jusqu'à ce qu'un dépanneur rétablisse la situation.
Il arrive donc, ce matin, rayonnant.
- Alors Tuck ? T'as gagné au Loto ?
- Non,  mais j'ai Frissons et Emotions...
Tout ça pour un peu de cul...

Au courrier qu'il avait dépouillé, il a reçu ce jour-là un chèque de 5.000€ en paiement d'une taxe quelconque. Le voila qui tourne et retourne, pire et soupire, à fendre l'âme.
Après l'avoir laissé quelque temps mariner dans son jus, on met fin à son manège:
- Qu'est-ce qu'il t'arrive ?
- Oh putain! (c'est son cri de guerre favori) J'ai reçu un chèque de 5.000€..
- Ouais, et alors ?
- J'ai pas de déclaration qui va avec.
- Rien ?
- Aucune référence...
- Aucune ?
- Aucune !
- Donc ?
- Boooaah ! Je sais pas où l'affecter...
- Ben, fais-en des confettis ?
- Boooh l'autre! T'es con, toi. J'ai pas le droit!
- Alors, tu te remues les fesses, et tu cherches dans la corbeille à papier, parce que t'as dû balancer la décla...
-  Boooaaah! non...
- T'es sûr ?
-  Sûr !!! Ouais. Boooaah! Je vais téléphoner au gars, et lui demander à quoi ça correspond...

Le voila qui appelle le redevable, et lui fait part de son problème existentiel. Le gars lui répond qu'il avait tout mis dans l'enveloppe, et qu'il n'en savait pas plus.
Résultat des courses, Frère Tuck a quand-même été obligé de fouiller la corbeille.
Et en prime, il est passé pour un con aux yeux du redevable...

Autant dire qu'on en a fait des gorges chaudes pendant un moment avec les collègues. On en a même monté un sketch. Imaginez un dialogue entre Régis et Laspallès....

Une autre fois, il avait bien la déclaration en main. Mais c'était le chèque qui lui manquait. Toujours ayant la flemme de chercher, il a appelé le redevable, lui demandant de faire le nécessaire pour annuler le chèque, et en réémettre un autre.
Seulement, le gars au bout du fil ne l'a pas entendu de cette oreille.
Il a donc fini par se plonger dans la corbeille, et trouver le chèque.
Vous avez dit "grave" ?

Allez, une petite cerise sur le gâteau:
Avec le froid de cet hiver, le seul jour où il y a eu du verglas chez elle, il a fallu qu'une collègue glisse dessus et se casse le bras en tombant. Un autre collègue, très proche d'elle (à la  Sacha Guitry... contre, tout contre) a donc fait tourner une carte dans le service pour y mettre un petit mot à son intention...
Et voilà notre Frère Tuck, s'appliquant, la langue à la commissure des lèvres, qui lui écrit: " Félicitations pour le bébé !".
Des collègues ont voulu protester et rectifier, mais Gégé les a fait taire.
Il paraît que la collègue était explosée de rire à la réception du mot...
Il y a de quoi !

Commenter cet article