Molière et nous...

Publié le par Zorba

Tout d'abord, on dit "langue de Molière" quand on veut parler du Français.
Pourquoi de Molière ?
Pourquoi pas de Rabelais, qui était pétulant de vie ?
Parce qu'on a toujours eu l'art de nous faire passer des vessies pour des lanternes. Ainsi, je vous disais plus avant comment une agente des services logistiques était en fait une femme de ménage.

La terminologie a-t-elle pour but d'anoblir la fonction ou l'emploi ?
Ou tout simplement, -cachez ce sein que je ne saurais voir-, à l'usage des prout-prout (nos précieuses ridicules à nous) de ne pas appeler un cul mais un fessier... parce que ça leur écorche les oreilles.

Dans le même esprit, mais dans une visée différente, interrogeons-nous sur ce qui a changé depuis Molière...

Les médecins.

A son époque, les médecins étaient des ignorants qui se drapaient de dignité et, en grand apparat, vous saignaient à tour de bras.
Aujourd'hui, la saignée a disparu de la médication de base. Mais nos médicastres sont toujours aussi ignorants, et hautains.

Demandez à votre médecin quelle est votre pathologie, s'il ne s'agit pas d'un symptôme ou d'un épiphénomène...
Il se réfugiera dans un savant sabir.
Car il soigne l'effet, et non la cause. Et la racine du mal est superbement ignorée.
Votre rémission sera donc immédiate, ô miracle ! Mais vous serez toujours patraque. Et ça reviendra, sous une forme ou une autre.
Comme dit un aphorisme: "chassez le naturel, il revient au galop". Remplacez le mot "naturel" par "phénomène".
Vous marchez, certes, mais en boîtant.

Voir l'affaire du sang contaminé et les hémophiles, voir l'actuel scandale de l'hormone de croissance et la maladie de Creutzfeld-Jacob.
"On savait pas !" clament-ils....
Pourquoi les américains ont-ils cessé plusieurs années avant nous ? sont-ils toujours plus cons que nous ?
L'hormone était extraite avec les moyens du bord, dans des conditions d'hygiène plus que douteuses, par du personnel non qualifié, sur des morts non identifiés. Pourquoi ?
L'agence qui s'en occupe n'est-elle vraiment pas au courant?

Les labos privés, eux, n'ont eu aucun problème. Pourquoi ?
Quand un chef d'entreprise est mis en cause pour le manquement d'un de ses employés, pourquoi nos dirigeants, + ou - associatifs (car ils n'oublient pas de palper) seraient-il exempts du même reproche ?
Responsable mais pas coupable ? On nous a déjà servi ce plat-là.

Les enseignants.

Nous sommes tous d'accord pour leur reprocher des choses, moi le premier. - Je dois dire, pour ma défense, que je les ai longtemps fréquentés et subis.
Il en est chez eux comme partout ailleurs: il y a les bons, les moins bons, les franchement mauvais. Il y a les consciencieux et ceux qui s'en foutent.

Mais il faut leur reconnaître que, outre que jusqu'il y a peu (et cela n'a changé que pour des raisons de recrutement face à une demande croissante, du yield, en quelque sorte...) le niveau était passable.
Dans toute leur formation, on leur parlait de plein de belles choses, mais à aucun moment de psychologie, ni de pédagogie. Pourquoi ?

Or leur "clientèle" captive est constituée de petits êtres en devenir, plus ou moins malléables, qui ne vous pardonneront certes rien, mais qu'un rien peut froisser irrémédiablement.
Les enseignants ne font pas de la garderie, ils éduquent.

Ils ont beau jeu de dire que ce n'est pas à eux d'éduquer les bambins, mais aux parents; c'est eux qui les manipulent pendant 8 heures par jour, 5 jours par semaine.
Un gamin vit ainsi plus avec son enseignant qu'avec ses parents.

Les parents ne sont pas sensés être diplômés (d'ailleurs, il n'y a pas de parent parfait), ni experts.
S'ils confient leur progéniture à l'Etat, et donc à un de ses éducateurs délégués, ni l'éducateur ni l'Etat ne peuvent s'exonérer d'une obligation minimale alors que la scolarité est obligatoire.

La politique et la société.

Avez-vous remarqué (c'est d'actualité) combien nos candidats promettent de choses lors de la campagne électorale, pour les oublier dès leur élection ? Les raisons en sont multiples, et toujours extérieures...

Quelle différence avec le camelot de base qui cherche à tout prix à vous bazarder sa daube, mettant son pied dans l'entrebaillement de votre porte, vous soûlant de promesses et endormant votre méfiance ?
Réponse: aucune. Le VRP cherche sa commission, le futur élu, son siège et les avantages qui vont avec.

Pourquoi les rangs de l'Assemblée Nationale sont-ils toujours clairsemés ?
Nos élus ne sont-ils pas grassement payés pour nous représenter ? pourquoi ne sont-ils donc pas à leur poste ? et pourquoi ceux qui y sont dorment ou lisent leur journal ? en faisons-nous autant au boulot ?
Ils cumulent ? n'ont-ils pas assez de boulot comme ça ? avez-vous le droit de cumuler avec un autre emploi (et surtout le loisir) ? non ? vous seriez virés ? ah bon ? pourquoi ?

Pourquoi les lois scélérates sont-elles toujours votées au milieu de la nuit ou pendant les vacances, quand les gens ne sont pas là, et ont l'esprit ailleurs ?

En fait, ces petits politicaillons sont la nouvelle noblesse du souverain.

Louis XIV, mécène de Molière, les avait endormis avec des rituels et un faste Versaillais, lui qui avait souffert par leur faute sous la Fronde.

Nicolas Sarkozy, notre nouveau monarque par les urnes (il aimerait bien un "b" devant, ça lui irait si bien !), s'est habilement entouré de ces petits nobles, politicaillons de pacotille, récupérés notamment dans les rangs de l'opposition. Doit-on les énumérer ? Le mec du sac de riz, la ni pute ni soumise, etc...

En-dessous de cette cour, vous avez les départementaux: préfets ou comtes. Les marquis ou directeurs départementaux. Les vicomtes, barons, chevaliers, vidames locaux....

Les archers du Roi, qui rentrent dans un troquet d'Amiens en faisant le salut Nazi, quand ils ne raquettent pas les taxis, ou les putes -lorsqu'ils ne les violent pas-....

Vous qui êtes en butte tous les jours face à une administration, prétendûment moderne, et en fait archaïque dans ses rouages jusqu'au tréfonds de sa moëlle, trouvez-vous vraiment une différence avec le Grand Siècle ?

Moi pas.

Publié dans Citoyenneté

Commenter cet article