Pub, grève du service public et grenouilles

Publié le par Zorba

Pour Fillon, «le PS avait raison»
Le gouvernement prétend reprendre une idée de gauche. Les socialistes s'en défendent.
Marion Mourgue et Flore Thomasset.
Libération : mercredi 13 février 2008
A l'origine, une idée de gauche. Déjà sous le gouvernement PS de Michel Rocard, en 1989, Catherine Tasca, ministre de la Culture, avait été chargée d'étudier la suppression de la publicité sur la télévision publique. François Fillon ne l'a évidemment pas oublié quand, mi-janvier, il a défendu à l'Assemblée, devant des députés de gauche très remontés, le projet sarkozyste. «Depuis 1981, tous les programmes du Parti socialiste, sans exception, préconisaient la suppression de la publicité pour financer les chaînes de télévision publique, et bien vous aviez raison!» ironise-t-il, dénonçant le «double langage» de la gauche. Jean-Dionis du Séjour, député Nouveau Centre du Lot-et-Garonne et coprésident d'un groupe d'étude sur l'audiovisuel à l'Assemblée, va plus loin et parle du «tonneau de démagogie» déversé par la gauche depuis l'annonce présidentielle.


Réaction d'un lecteur (matinal): " ...combien ont trouvé normal la fin du  régime particulier de retraites des nantis de la SNCF, alors aujourd'hui leurs problèmes..."


Réjouissez-vous, braves gens: ils sont arrivés à leurs fins, NS et sa bande de cost-killers démanteleurs du service public : diviser pour mieux régner.

On s'attaque d'abord à une 1ère catégorie, des privilégiés en des temps difficiles; puis on passe à une 2nde étape, sans que ça bouge trop, ou alors de façon anecdotique; puis, d'étape en étape, on lamine tout...

Vous connaissez la parabole de la grenouille ?
Non ? -c'est dommage, parce que c'est ce qui est en train de nous arriver !

1) Prenez une grenouille, et plongez-la dans une casserole d'eau bouillante.
Elle va réagir en sautant hors de l'eau.
2) Prenez une autre grenouille.
Plongez-la dans une casserole d'eau à température, que vous porterez au feu en poussant progressivement la température.
La grenouille ne bougera pas, puis sera doucement anesthésiée par la chaleur.
Et elle finira par bouillir... sans s'en rendre compte.

Publié dans Citoyenneté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article