Paupérisation

Publié le par Zorba

Nous revenons des courses, avec ma femme.
En chemin, nous avons discuté.
Et ma femme me confirme (je ne me fie pas à mon impression, je suis liquide) que les produits ont augmenté.
L'an dernier encore, sans se restreindre, elle remplissait un caddie pour 150€ environ +/-. Cette fois, le ticket en affichait 230.

Les nouveautés, nouvelles contenances, et autres stratagèmes marketing, ne permettent pas de comparer en toute connaissance de cause. Tout est fait pour embrouiller le consommateur, et l'habituer à un produit dont on va relever progressivement le prix, au fur et à mesure qu'il sera fidelisé...

Avez-vous remarqué toutes les offres, plus mirifiques les unes que les autres, que vous recevez de votre VPCiste préféré, lorsque vous n'avez pas fait votre commande habituelle ?
Commander à réception du catalogue relève désormais de la connerie: vous payez plein pot, et n'êtes pas mieux considéré pour autant.
Attendez 15 jours ou un mois: le produit qui vous clignait de l'oeil et dont vous aviez compulsivement besoin, sera désormais 30 à 40 % moins cher.

Notre monarque veut relancer la consommation. En soi, il n'y a pas de mal à cela.
Mais pensez-vous que votre salaire peut soutenir la comparaison avec l'augmentation des prix des denrées alimentaires, et de l'essence à la pompe ?

Le mien, en tout cas, et celui de ma femme, non.
Et encore, nous avons la chance d'avoir 2 salaires (moyennant quoi, nous n'avons pas la chance de percevoir allocs, subventions, et autres remises ou modérations...).
Nous sommes ce que l'on appelle des "français moyens". Moyens, oui, mais qui ne les ont plus, les moyens.

Cela fait déjà bien 2 ans que je sens des tiraillements dans mon budget. Je crois que je vais bientôt me retrouver obligé de piocher dans mon épargne de précaution.
Vous aussi ?

La paupérisation, ça s'appelle.

Petite incidente au sujet de l'essence.
Jusqu'à présent, on nous expliquait l'inflation à la pompe par la flambée du baril de brut. Soit.
Maintenant, on nous explique que l'Euro est trop évalué, et que les pétro-monarques couvrent leurs arrières. Ah ?
Je n'y comprends plus rien.
cout-essence.jpg

Ce que je comprends encore moins, c'est qu'un quidam affirmant urbi et orbi son projet de nous rendre du pouvoir d'achat laisse filer ainsi les prix à la pompe.
Le gouvernement, en 2000, avait assumé.
Il avait institué la TIPP flottante, amortissant ainsi les à-coups.

Mais il est vrai que le prix de base augmentant, la TIPP et la TVA sur la TIPP augmentent mathématiquement également.
Et ça, c'est bon pour reconstituer un trésor de guerre que le candidat nouvellement élu a dilapidé en faveur de ses amis les riches.

Les caisses étaient vides.
Rassurez-vous, elles le sont moins maintenant; vous vous chargez de les remplir quotidiennement...

Publié dans Economie au quotidien

Commenter cet article