Et vous allez laisser passer ça ?

Publié le par Zorba

 

Selon les chiffres de l'Insee, publiés jeudi 6 mars, 2,1 millions de personnes (France métropolitaine) sont au chômage au sens du Bureau international du travail, soit 224 000 chômeurs de moins qu'un an plus tôt. Ce chiffre, établi d'après l'enquête emploi, intègre des critères différents de ceux de l'ANPE : en âge de travailler (15 ans et plus), n'ayant pas exercé d'activité, "ne serait-ce qu'une heure" au cours de la semaine de référence, disponible dans les deux semaines et ayant "entrepris des démarches actives de recherche d'emploi dans le mois précédent". Il faut remonter au quatrième trimestre 1983 pour trouver un taux de 7,3 %, soit à l'époque 1,87 million de chômeurs.

Le ministère de l'économie souligne la "cohérence" de ce bon résultat avec le nombre de créations d'emploi, près de 300 000 en 2007, et les chiffres livrés par ailleurs par l'ANPE.

Bercy note surtout la progression du taux d'emploi des 15-64 ans (proportion des personnes de cette tranche d'âge ayant un emploi) qui a progressé en un an de près d'un point à 64,8 %. Tiré vers le bas par le mauvais taux d'emploi des seniors, ce chiffre reste loin de l'objectif européen de 70 %.

Le sous-emploi (personnes à temps partiel souhaitant travailler

Avec un taux de chômage de 7,5 % pour la France métropolitaine (7,8 % avec les DOM) au quatrième trimestre, l'année 2007 est confirmée comme le meilleur cru depuis vingt-cinq ans.

plus ou ayant subi un chômage technique) a aussi augmenté depuis deux ans, mais semble stationnaire depuis trois trimestres, à 5,6 %, soit 1 444 000 personnes.

Après une augmentation, en janvier, du nombre de chômeurs inscrits à l'ANPE, les résultats de février et mars et le taux du premier trimestre 2008 de l'Insee indiqueront si cette baisse va se poursuivre en 2008, malgré des prévisions de création d'emplois plus modestes.



Normal que le chômage baisse, patate !

Moins d'étrangers (grâce au purgatif Dr Hortefeu), moins de vieux du baby-boom en circulation parce qu'ils partent pour une retraite bien méritée, ça crée forcément un appel d'air !
Pas besoin d'être ministre pour le comprendre.

Je tiens également à préciser que ce gouvernement a aussi favorisé la création d'entreprises au capital de 1€ !
N'importe qui peut donc créer sa boîte du jour au lendemain.
C'est même vivement recommandé pour alléger les chiffres du chomdu.

Or, d'une part, rien que les formalités de création coûtent quelques centaines d'euros (tout le monde ne sait pas créer des statuts, et les officines de domiciliation pullulent)...
Par ailleurs, un banquier interrogé il y a quelque temps de cela, lâchait:
"Si le créateur n'est pas prêt à investir dans son activité et la pérennité de son entreprise, comment voulez-vous que les banques y croient ?".

Résultat: plusieurs milliers de cessations, -inofficielles, car ce qui n'est pas dit, c'est que la création est gratuite (ou quasi), mais la radiation est payante (or pourquoi se radier si tout marche bien ?).
Des chiffres faux, de la paperasse administrative en pure perte pour essayer d'endiguer....
Mais qui s'en soucie ?

Vous n'avez pas l'impression qu'on se fout -un peu- de notre gueule ?
C'est comme la baisse de la délinquance, due à un ministre-candidat et chef de parti : du pipeau !

Publié dans Coup de gueule

Commenter cet article