Kosovo et Corse

Publié le par Zorba

L'indépendance du Kosovo.

Les Serbes sont contre.

Affidés de Moscou, et notamment de la culture communiste slave, ils étaient déjà opposés aux Croates, qu'ils accusaient d'Oustachi pro-nazi pendant la II° Guerre Mondiale.
Ce qui leur a fourni un prétexte commode pour emplir des fosses communes à coup de Kalach...
Or, dans les années 1990, combien ont pu être vraiment Oustachi -à supposer que cela soit vrai- entre 40 et 45 ? Un rapide calcul permet de voir que, pour remplir cette condition, il fallait avoir au moins 60 ans.
Combien de victimes de plus de 60 ans ?
Pourquoi les autres, alors ?

Le Kosovo est à majorité Albanaise, ces Albanais qui avaient été rejetés de la Grèce, comme du reste de la naissante Yougoslavie Titiste.
Le maréchal Tito, croate pourtant d'origine, a adopté la politique soviétique: pour assurer l'homogénéité de la population, ainsi que son hégémonie, il a déplacé des villages et des régions entiers.

Or la Yougoslavie fait partie de cette région du monde, désignée par son massif de montagnes, les Balkans.
Ces anciennes colonies ottomanes, austro-hongroises; plus tard sous influence britannique, française, ou soviétique; ont déjà connu des siècles d'instabilité, de déplacements de populations, parfois manu militari.
Les guerres balkaniques du début du XX° siècle ont fixé grossièrement les frontières actuelles, complétées par la I° Guerre Mondiale (assassinat de l'archiduc d'Autriche par un patriote Serbe).

Cette région a toujours été instable.

Personnellement, j'ai été choqué de voir des panneaux de 4x3m, dans le nord de la Grèce, lors d'un voyage en 1995, clamant "Macedonia is Greek".
Ce qui laisse à supposer des vues sur cette région.
En ce qui concerne les Hellènes, le prétexte en est Alexandre le Grand, roi de Macédoine puis de Grèce.
En l'occurence, n'en déplaise à mes compatriotes (d'origine, car dans l'âme, je suis européen), il conviendrait de préciser que dès lors, c'est la Grèce qui est devenue macédonienne, et non l'inverse.

De toute manière, je me suis pensé que les peuples avaient droit à l'auto-détermination.
Et ce serait une bonne expérience pour les kosovars, l'indépendance.
D'autant plus qu'ils n'ont pas demandé à être rattachés à l'Albanie, non, ou je me trompe ?

................
De vous à moi, je suis également favorable à l'indépendance de la Corse.

En dehors d'un grand homme (qu'on le considère comme un tyran sanguinaire ou non, force est de reconnaître que Napoléon Bonaparte a su mobiliser les énergies révolutionnaires), qui a jeté les bases juridiques d'un Etat moderne, ce bout de rocher au milieu de la mer ne nous apporte que des emmerdes depuis son acquisition en 1769.

Entre son assistanat économique par l'hexagone, sa volonté mafieuse de résistance à toute réglementation et tout recensement, son folklore de nuits bleues et d'assassinat des représentants de l'Etat, je ne vois pas ce que ce continent, dont le drapeau est orné d'une tête de Maure (mort ?) a de commun avec la France continentale.

Oui, cette France, République Une et Indivisible, sauf en Corse, dans les DOM et les TOM; et des régions telles que l'Alsace et une partie de la Lorraine, -qui ont conservé une partie de leur nomenclature héritée du Reich; une et indivisible comme le chaos.

Ce n'est pas parce que les Corses sont "montés" à Paris, comme les Auvergnats, du reste, qui se sont avérés un peu plus courageux, eux; que cela devrait nous empêcher de leur rendre leur liberté.
Car ces échantillons ne sont peut-être pas la crème, et si elle l'est, qu'est-ce que doit être le reste...

Merci ?
Non, y a Pasqua !

Publié dans Citoyenneté

Commenter cet article