Votre portefeuille ce 26/02/2008

Publié le par Zorba

 

UE : les grands PDG français sont les mieux payés

NOUVELOBS.COM | 13.02.2008 | 08:32

En 2007, trois grands patrons français sur quatre ont vu leur rémunération globale bondir en moyenne de 40%.

Selon une étude de Hay Group publiée, mardi 12 février, par La Tribune, 77% des principaux dirigeants d'entreprises françaises ont vu leur rémunération augmenter de 40% entre 2006 et 2007, faisant des P-DG de l'Hexagone les patrons les mieux payés d'Europe.
La rémunération annuelle médiane (salaire de base, bonus et stock-options) des patrons des géants du CAC 40 (au moins 40.000 employés et plus de 40 milliards d'euros de chiffre d'affaires) se monte ainsi à 6,175 millions d'euros. Pour les PDG des sociétés les moins importantes du CAC 40 et des plus grosses de l'indice élargi SBF 120, elle est de 2,679 millions d'euros. Enfin, pour les P-DG des plus petites entreprises du SBF 120, elle atteint 882.000 euros.


6.175.000 € (salaire médian CAC40) = 247 ans à 25.000€/an (mon salaire à 47 ans) = 402 ans de SMIC

2.679
.000 € (minables du CAC40-cadors du SBF120) = 107,76 ans de mon salaire = 174,4 ans de SMIC

882.000
(snobés du SBF120) = 35,28 ans de mon salaire = 57,42 ans de SMIC.

A notre échelle donc, un PDG du CAC40 gagne +/- par jour ce que nous mettons 1 an à arracher à leur rapacité; un pauv'gars du SBF met lui une semaine pour le même résultat.

Moralité: envoyez vos dons à l'Association pour les Patrons dans la Dèche, de toute urgence. En guise de reconnaissance pour votre générosité, la carte de l'UMP vous
sera gracieusement envoyée...

Du haut de leurs dizaines de kilomètres carrés, la principauté du Liechtenstein, celle de Monaco, d'Andorre, Gibraltar ou encore les îles anglo-normandes paraissent a priori démunies face au concert des puissances européennes et de l'OCDE. La douceur de leurs régimes d'impôts et l'étanchéité de leur secret bancaire pourraient-elles être mises à mal par ces manoeuvres coalisées ?

(lien: http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/02/26/)

Bonne question.
Petite précision: le siège de mon Association est à Monaco...



Après avoir défendu le système des heures supplémentaires, le président s'est prêté à un exercice plus ardu : convaincre de leur bienfait ceux qui n'y ont pas accès. "Peut-être que toutes les entreprises n'ont pas du travail à donner pour faire des heures supplémentaires mais le pouvoir d'achat reçu par ceux qui en font crée de la croissance, et la croissance crée de l'emploi pour les autres : c'est ça le cercle vertueux", a-t-il souligné.


(liens: - http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/02/26/
 http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/02/26/la-methodologie)
Et si les heures sup n'étaient qu'une question de survie par rapport à l'inflation qui ne dit pas son nom ????
Pendant ce temps les experts byzantinisent sur le sexe des anges....

Et, en guise conclusion, ce clin d'oeil de Solé:


 

Le panier de la ménagère, par Robert Solé

Oui, les prix s'envolent. C'est un scandale, et le chef de l'Etat devrait démissionner. Mais Robert Mugabe, qui brigue un sixième mandat, a fêté ses 84 ans par des célébrations extravagantes, alors que le taux d'inflation a atteint 100 000 % en un mois et qu'une miche de pain vaut désormais 5 millions de dollars zimbabwéens.

 Grâce à Dieu, nous vivons en France ! Les ménagères (de plus et de moins de 50 ans) devraient s'en féliciter, au lieu de brandir leur panier percé. Elles en ont gros sur la patate, pourtant. Ça fait un moment qu'on leur raconte des salades et qu'on les roule dans la farine. C'est la faute à personne, mais tout le monde - producteurs et industriels - se sucre au passage.

Fausses, les statistiques ? Non. Mais les produits alimentaires locaux sont de plus en plus chers, alors que l'électronique importée est en baisse constante. L'un dans l'autre, le panier de la ménagère s'équilibre. Après tout, il suffit de s'alimenter autrement : mangeons des téléphones portables et des téléviseurs. On doit bien en fabriquer des light, et les bio arrivent certainement.

 


Publié dans Economie au quotidien

Commenter cet article